23/11/2014

Ecopop, xénophobe et raciste

Le sophisme sanctificateur

On connaît la vieille tactique de la diabolisation par association : telle proposition est soutenue par un extrémiste, elle est donc extrémiste. On s’économise ainsi la peine d’examiner le contenu de la proposition en cause. Je n’ai jamais aimé cette prétendue argumentation et je grince des dents lorsqu’elle est utilisée par des gens de gauche. Dans la campagne sur l’initiative Ecopop, les partisans de celle-ci nous servent la version inversée de ce sophisme. On exhibe à tout va telle icône féministe ou tel vieux sage écologiste, qui protestent de leur totale absence de xénophobie ou de racisme. Puisqu’ils soutiennent Ecopop, alors qu’ils n’ont pas la moindre particule de xénophobie ou de racisme en eux, répètent-ils en vibrant d’indignation, celle-ci ne saurait être xénophobe ou raciste. CQFD. 

J’ai de l’estime pour Philippe Roch et considère comme tout à fait déplacées les attaques personnelles dont il est victime. Mais il se prête à une manipulation. En effet, la pureté de son cœur en matière de xénophobie et de racisme n’a aucune importance. Seul compte le texte, en l’occurrence très clair, de l’initiative.

Celle-ci prétend lutter, dans une perspective malthusienne, contre la pression que l’humanité fait peser sur la nature et l’environnement. Mais la première des deux seules règles concrètes qu’elle propose est une limitation drastique de l’immigration. Elle est donc dirigée contre les étrangers. L’argument selon lequel l’initiative serait également dirigée contre les Suisses résidant à l’étranger, qui pourraient être empêchés de revenir au pays, est anecdotique et au demeurant récusé par les initiants. Nos problèmes écologiques ne sont donc pas causés, selon la logique même du texte de l’initiative, par l’augmentation de la population sur notre planète, mais par celle du  nombre d’étrangers dans notre pays. Ceux-ci sont priés de rester chez eux ou, s’ils préfèrent, dans un autre pays, mais pas la Suisse. On ne voit pas en quoi la pression exercée par l’espèce humaine sur la nature et l’environnement en serait allégée. A vrai dire, on pourrait alléguer que, puisque les habitants de la Suisse ont une empreinte écologique bien plus élevée que ceux des pays moins riches d’où provient une très large partie de l’immigration, si l’on ferme la porte aux immigrants, ces derniers conserveront une empreinte écologique plus faible dans leur pays d’origine. Le refus de partager la prospérité helvétique ne serait donc pas de l’égoïsme, mais un geste en faveur de l’environnement. Ou, dit autrement, c’est en restant pauvres que les pauvres peuvent contribuer à préserver l’environnement. Ce raisonnement est le seul qui permettrait de conférer un minimum de logique au remède proposé par Ecopop. Mais il est tellement cynique qu’aucun partisan de l’initiative n’ose le soutenir ouvertement. 

Si l’on s’en tient à ce qu’elle propose concrètement, Ecocop n’est donc rien d’autre qu’une nouvelle initiative anti-étrangers. En raison de son contenu et indépendamment des sentiments profonds de ses partisans, que l’on ne peut connaître, elle est clairement xénophobe.

La deuxième proposition concrète de l’initiative est d’attribuer 10% du budget de l’aide au développement pour promouvoir la planification familiale volontaire. Cette proposition ne vise manifestement pas l’Amérique du Nord, dont les habitants ont de loin l’empreinte écologique la plus élevée. Elle vise les pays qui bénéficient de l’aide au développement helvétique, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique du Sud. Aux populations de ces pays on donnera moins pour se développer, afin de les encourager à moins proliférer. Les pauvres sont non seulement priés de rester pauvres, mais encore de réfréner leurs élans reproductifs. C’est le grand retour du « péril jaune » ou du « péril noir ». L’ahurissante arrogance, la suffisance paternaliste et, pour dire les choses simplement, le racisme flagrant, d’une telle proposition laissent pantois.

Le sophisme pseudo-démocratique

Ecopop n’est donc pas seulement stupide, en ce qu’elle menace la prospérité économique de la Suisse, mais son contenu même est profondément xénophobe et raciste. Les motivations intimes de ses soutiens peuvent constituer un intéressant sujet d’étude pour les politologues, mais elles n’ont aucune importance pour juger du texte de l’initiative.

Dire cela, les nationalistes suisses et leurs compagnons de route voudraient cependant nous l’interdire. Selon une très curieuse interprétation de la démocratie, toute critique d’une initiative populaire – surtout, voire exclusivement, si cette initiative vient du camp nationaliste – dénoterait une volonté de supprimer la démocratie directe et constituerait un « déni de démocratie ». Dans la même foulée, un texte adopté en votation populaire deviendrait sacré et toute critique à son égard serait interdite au nom du respect de la volonté populaire.

Cette théorie repose sur une confusion volontaire entre effet juridique des droits populaires et vérité absolue. Si demain le peuple suisse accepte une initiative stipulant que la Terre est plate et que le Soleil lui tourne autour, une disposition constitutionnelle juridiquement en vigueur proclamera ce dogme. Mais la Terre sera toujours aussi ronde et tournera toujours autour du Soleil.

La volonté de disqualifier toute critique des initiatives populaires repose aussi sur une conception fondamentalement erronée de la démocratie qui en retranche toute sa composante de liberté d’expression. Celle-ci est pourtant indispensable à l’exercice véritable de la démocratie. L’alternative est connue : c’est le régime du parti unique, avec des élections et des référendums aux résultats très clairs, mais sans aucune valeur.

On a donc le droit de dire d’Ecopop est xénophobe et raciste. On a le droit de dire que le vote du 9 février 2014 était catastrophique. On a le droit de dire, après un scrutin, qu’une partie des électeurs a voté de manière irrationnelle. On a le droit d’espérer tout haut que ce que le peuple a fait un jour, il le défera un autre jour.

Bien entendu, les partisans d’Ecopop avaient le droit de déposer leur initiative. Et puisqu’ils ont récolté les signatures nécessaires, ils ont droit à ce que le peuple et les cantons votent sur celle-ci. Ce droit ne leur est pas contesté. Ils ont, en outre, le droit de prétendre que leur initiative n’est nullement xénophobe et en aucun cas raciste. Les vainqueurs du 9 février ont le droit d’affirmer que ce vote a sauvé la Suisse. Ceux qui ont remporté un scrutin ont le droit de contester avec véhémence l’analyse selon laquelle les électeurs n’auraient pas été rationnels. Mais ils n’ont pas le droit d’exiger que leurs opposants se taisent « au nom de la démocratie ». La démocratie exige au contraire le débat le plus libre et le plus large. Remettre en cause le droit de critique, même virulente, dans ce débat, c’est remettre en cause la démocratie elle-même.

On maintiendra donc fermement que le texte de l’initiative Ecopop est non seulement stupide, mais aussi xénophobe et raciste.

 

Commentaires

"Nos problèmes écologiques ne sont donc pas causés, selon la logique même du texte de l’initiative, par l’augmentation de la population sur notre planète, mais par celle du nombre d’étrangers dans notre pays."

Raisonnement faux, puisqu'un meilleur contrôle des naissances quelque part sur la planète peut avoir des conséquences aussi chez nous. Et selon la logique même du texte de l'initiative ce n'est pas le nombre d'étrangers dans notre pays qui cause des problèmes écologiques, mais l'augmentation effrénée de la population et ses conséquences directes.


"Ou, dit autrement, c’est en restant pauvres que les pauvres peuvent contribuer à préserver l’environnement. Ce raisonnement est le seul qui permettrait de conférer un minimum de logique au remède proposé par Ecopop. Mais il est tellement cynique qu’aucun partisan de l’initiative n’ose le soutenir ouvertement."

Ce raisonnement est carrément malhonnête. Il revient à dire que les partisans de l'initiative sont des salauds (et à un double titre, d'abord comme cyniques et ensuite comme des lâches n'ayant pas le courage de leurs opinions - ah comme c'est facile de prêter un raisonnement "logique" aux autres pour mieux les insulter - car ce sont ceux qui s'empiffrent qui ruinent la planète et pas les pauvres qui sont exploités et d'autant plus exploités qu'ils sont pauvres). Car vous faites l'impasse totale sur la cause de la pauvreté des pays pauvres. Vous devriez savoir que l'équivalent de la dette des pays pauvres se retrouvent dans les banques du nord aux mains des roitelets de ces pays pauvres. Corrompus, oui, mais où sont les corrupteurs? Où sont les pilleurs qui font que les pays pauvres restent pauvres? Alors pour que les pays pauvres se sortent de la pauvreté alors même que leur environnement est détruit pour le grand profit des pays riches, que faut-il faire? La décroissance des pays riches est une piste à envisager. Comme le développement des cultures vivrières dans les pays pauvres. Comme un meilleur contrôle de la natalité dans les pays pauvres. A la demande même des populations de ces pays. Car des naissances non voulues accroissent la pauvreté. Ceux qui détruisent l'environnement des pays pauvres ne sont pas les pauvres, mais les compagnies nationales et multinationales qui sont prêtes à tout et à tout ravager pour le profit.

Et savez-vous quel pays "pauvre" préserve le mieux son environnement? Un pays qui a expulsé 100'000 personnes de son territoire parce qu'ils étaient étrangers. Et quel pays riche a construit un mur de plusieurs centaines de kilomètres pour empêcher une certaine immigration? Rien de tel dans Ecopop.


"On a donc le droit de dire d’Ecopop est xénophobe et raciste. On a le droit de dire que le vote du 9 février 2014 était catastrophique. On a le droit de dire, après un scrutin, qu’une partie des électeurs a voté de manière irrationnelle. On a le droit d’espérer tout haut que ce que le peuple a fait un jour, il le défera un autre jour."

On a donc le droit de dire d’Ecopop n'est ni xénophobe ni raciste. On a le droit de dire que le vote du 9 février 2014 n'était pas catastrophique. On a le droit de dire, après un scrutin, qu’une majorité des votants a voté de manière rationnelle. On a le droit d’espérer tout haut que ce que le peuple a fait un jour, il le confirmera un autre jour.

Bien qu'apparemment soutenu par des arguments, vous ne savez cacher votre haine de cette initiative. Vous en avez le droit. Mais avez-vous le droit d'insulter à travers cette initiative (irrationnelle, stupide, xénophobe, raciste) les initiants et ceux qui vont voter OUI?


"Mais ils n’ont pas le droit d’exiger que leurs opposants se taisent « au nom de la démocratie »."

Qui exige une telle chose? Ce qui est exigé c'est l'application du texte qui a été adopté démocratiquement, que les opposants s'ingénient à saboter. Ils peuvent proposer un autre texte, en attendant le sabotage de ce qui a été accepté par le peuple est antidémocratique. De quel côté vous situez-vous? Car votre texte laisse planer des soupçons sur ce point là, malgré vos prétentions démocratiques.

Et j'ai le droit de dire que je trouve votre texte révoltant.

Écrit par : Johann | 24/11/2014

Bien sûr que vous avez le droit de penser ce que vous voulez de mon texte. La liberté d'expression que je revendique est valable pour vous. Je ne suis pas sûr que vous êtes prêt à m'accorder la réciprocité, et c'est précisément le point que j'ai soulevé.

Écrit par : Thierry Tanquerel | 24/11/2014

Et pendant ce temps, où que se porte votre regard, vous verrez des grues et des grues et encore des grues qui construisent des clapiers pour accueillir les 100'000 arrivants supplémentaires chaque année. Une ville de Lausanne en plus et cela n'a aucun impact sur l'environnement ? Ce n'est plus de la malhonnêteté intellectuelle, c'est de l'aveuglement...
Quant à l'Afrique, les coopérations étrangères par leur soutien dans le domaine de l'eau, la santé et l'agriculture ne font que booster la démographie sans effets de transition. Toujours huit enfants par femme...
Logisticien pour UNICEF à Tombouctou en 86, j'étais effaré par ces marées d'enfants que la communauté internationale devait nourrir. Aucune indépendance alimentaire en vue, toujours plus d'enfants. Et pas de planning possible parce qu'il faudrait s'affronter à l'islam. Aux NU...
Je partage l'opinion de Johann sur votre texte...

Écrit par : Géo | 24/11/2014

"La liberté d'expression que je revendique est valable pour vous." Et mon commentaire ?

Écrit par : Géo | 24/11/2014

@ Thierry - et pan! Bien envoyé.

Écrit par : N. D. Chauvet | 24/11/2014

Monsieur Tanquerel,

Vous avez oublié dans le titre de votre billet l'adjectif "stupide". Ainsi vous auriez pu mettre "Ecopop,stupide, xénophobe et raciste".

Votre réponse ressemble un peu à l'apocryphe de Voltaire. Néanmoins, je ne suis pas certain que "Johann" mérite cette sorte de mépris.

Bien à vous

Écrit par : pphchappuis | 24/11/2014

Vous n'avez rien compris, M. Tanquerel. Les gens d'Ecopop n'ont rien contre les étrangers pas plus qu'ils ne sont xénophobes ou racistes. Ils aiment bien les étrangers. A condition qu'ils restent chez eux.

Et ils les aiment tellement chez eux qu'ils proposent de l'argent afin qu'on les éduque enfin à faire moins d'enfants...

Écrit par : Michel Sommer | 24/11/2014

Même si je ne suis pas à 100% d'accord avec la rigidité des moyens proposés par l'initiative, j'ai déjà voté pour ecopop principalement a cause de la mauvaise foie crasse de ses opposants !

Bien entendu que la surpopulation humaine nuis a l'environnement plus que tout, il faut juste être complètement *** pour pas le reconnaitre. Ceci fait on aurait pu discuter rationnellement des moyens envisageable pour l'avenir. Mais puisque c'est pas le cas autant mettre un coup de pied dans la fourmilière et en reparler ensuite.

Quand au qualificatif de xénophobe, encore a la limite puisque ça vise l'afflux d'étrangers en Suisse. Mais raciste, faut vraiment osez le dire ! Je n'ai vu nul part dans le texte qu'une race était plus visée qu'une autre. C'est certainement moins raciste que la libre circulation avec l'UE qui favorise ses résidents au détriment de tout les autres continents.

Bref c'est la panique chez les opposants a bout d'arguments valides... A part bien entendu la santé de l'économie par une croissance infinie autant qu’incontrôlée (hello la gauche et les verts, c'est votre nouveau credo?)

Écrit par : Eastwood | 24/11/2014

A supposer que vous admettiez un avis contraire, pour Ecopop, voilà :

https://danijol.wordpress.com/2014/11/22/initiative-ecopop-soutien-absolu/

Ce serait gentil de publier le commentaire mais rassurez-vous, c'est insignifiant, vous avez à peu près l'absolue totalité de la presse avec vous, des partis aussi et de toute la Classe Dirigeante.

Mais je tiens absolument à mon avis, et à mon vote.

Écrit par : Danijol | 25/11/2014

Ce qui me fait sourire c'est cette propension - que l'on retrouve chez les pro-écopop - de croire que les problèmes du monde, les vrais, les grands problèmes vont , nécessairement, trouver une solution en Suisse. Il en va ici du climat, là de l'énergie, plus loin de la surpopulation, bien évidemment mondiale, sinon l'argument serait trop 'petit'. C'est à la fois ridicule et prétentieux. C'est surtout méprisant pour tous les autres peuples, du genre "regardez comme il fait beau chez nous, comme on a tout et même plus alors maintenant débrouillez-vous et laissez-nous avec notre confort et notre supériorité...". Oui, merci à T.Q. de rappeler simplement ce qu'est cette initiative, essentiellement dirigées contre l'étranger, donc essentiellement xénophobe.

Écrit par : uranus2011 | 25/11/2014

uranus2011 @ Il y a un fond de juste dans ce que vous dites, et la Constitution suisse dans sa grande sagesse, l'avait prévu : l'unité de matière des initiatives. Urs Schwaller l'avait relevé : l'initiative Ecopop ne la respecte pas. Comment et pourquoi les juristes l'ont acceptée pour être signée dans la rue m'échappe, car c'est assez évident; beaucoup plus en tout cas que les soi-disant atteintes à la liberté religieuse de l'interdiction des minarets...
En fait, Ecopop aurait du faire l'objet de deux initiatives distinctes.

Écrit par : Géo | 25/11/2014

Les commentaires sont fermés.