09/03/2011

Bousculade tout à droite et grand vide au centre

 

Le héraut de la politique virile rêve, au fil de ses billets, d’une révolution conservatrice à Genève. Jean-François Mabut, lui, l’a vue, cette révolution, dans un « sondage » pas sérieux, à partir duquel il s’amuse à échafauder une hypothèse où l’extrême-droite triomphe et la gauche s’effondre. Si ce scénario catastrophe pouvait mobiliser les électeurs pour qui la solidarité et la justice sociale ont encore un sens, on en remerciera l’aimable animateur des blogs de la Tribune de Genève.

Mais quel que soit le verdict des urnes dimanche prochain, le paysage politique de la Ville de Genève a déjà changé. Pas tant à gauche, où l’on a simplement repeint la façade d’une des composantes de l’Alternative. En revanche, la mutation est spectaculaire à droite.

L’absorption du parti radical par le parti libéral a clairement renforcé une droite économique de plus en plus dogmatique. Avec la pression du MCG et la volonté de l’UDC de rebondir, la compétition est ainsi féroce tout à droite de l’échiquier politique. Le PDC aurait pu en profiter pour occuper seul le centre. Il a préféré se ranger derrière un candidat au Conseil administratif, certes jovial et souriant, mais dont les positions, notamment au sein de la Constituante, sont celles d’une droite ultralibérale pur sucre (c’est son groupe qui a fait passer l’idée ahurissante de supprimer de fait la zone de développement, ce qui privera le canton et les communes de tout moyen de faire construire du logement social). Comme les Verts libéraux sont transparents, le centre est désormais vide.

La zone du « ni gauche ni droite », revendiquée par des leaders MCG complaisamment relayés par des commentateurs qu’on a connu mieux inspirés, l’est tout autant. Car le MCG est de droite. Philippe Souaille, qui n’est pas de gauche, le souligne très justement dans un récent billet. A l’instar d’une Marine le Pen, qui aime à fustiger « l’UMPS », le MCG attaque tous les partis en place, mais ses positions de fond, lors des votes importants au parlement, devant le peuple ou encore au sein de la Constituante, sont celles d’une droite très conservatrice, fort peu sociale, mâtinée de nationalisme cantonal, seul point, avec la défense de la démocratie directe, qui le distingue du PLR. Son candidat le plus connu en Ville de Genève et probable postulant au Conseil administratif, l’ex-UDC Soli Pardo, se déclare d’ailleurs fièrement homme de droite, ce dont personne ne doute d’ailleurs.

Si, par malheur, le MCG faisait une percée qui prive l’Alternative de la majorité qu’elle détient actuellement au conseil municipal, celui-ci ne sera donc pas sans majorité, mais clairement à droite, comme le Grand Conseil ou comme la Constituante, où l’absence de centre est flagrante. Il reste quelques dizaines d’heures à l’Alternative pour faire passer ce message aux électeurs progressistes qui hésiteraient encore à remplir leur devoir civique.

 

 

Commentaires

En étudiant, sur le site de la Constituante, les votes de Soli pardo lors des votes nominatifs, on ne peut dire qu'il est vraiment de la droite économique.

Il a voté pour le maintien de la lutte de l'Etat contre la spéculation foncière, pour le droit au logement. Lorsque je suivais les débats sur léman Bleu, j'ai même vu des votes à une voix de majorité grâce à sa voix qui contrecarraient des thèses de l'Entente. Je me souviens qu'il soutenait aussi des amendements de l'AVIVO. Je crois qu'il déteste simplement la gauche-caviar, tout autant que la droite économique. C'est celui qui a lutté avec force contre les accords bilatéraux et Schengen, au grand dam des milieux économiques.

Il n'est ni droite économique ni gauche caviar.

Écrit par : André Baldini | 10/03/2011

En reprenant le mémorial, je vois qu'il avait aussi voté contre la suppression de la zone de développement...

Écrit par : André Baldini | 10/03/2011

Monsieur Tanquerel,
Comment pouvez-vous attaquer M. Mabut de la sorte, osant dire qu'il se référait à un sondage "pas sérieux". Et si il avait une bonne vision du résultat des prochaines élections!

Ne venez pas nous dire que la droite est dogmatique, vous plaisantez! Bien au contraire, si la gauche ne passe pas c'est justement grâce aux dogmes totalitaires que nous subissons. Oui, nous en avons marre de voir Genève se dégrader, d'autant que leur morale quotidienne nous lasse et ce, depuis 20 ans. Non seulement tout est interdit, impossible d'améliorer notre cité d'une manière intelligente afin qu'elle soit compétitive; elle ne cesse de bloquer tous les projets constructifs dans tous les domaines. Cela devient grave pour une ville internationale.

Les citoyens ne sont pas stupides, nous avons envie d'avancer, de créer, de stimuler notre ville, nous sommes au 21e siècle, il est temps de cesser de la paralyser.

Si la droite dure passe, la gauche n'en sera que responsable.

Écrit par : rose des sables | 11/03/2011

Monsieur Tanquerel,
Comment pouvez-vous attaquer M. Mabut de la sorte, osant dire qu'il se référait à un sondage "pas sérieux". Et si il avait une bonne vision du résultat des prochaines élections!

Ne venez pas nous dire que la droite est dogmatique, vous plaisantez! Bien au contraire, si la gauche ne passe pas c'est justement grâce aux dogmes totalitaires que nous subissons. Oui, nous en avons marre de voir Genève se dégrader, d'autant que leur morale quotidienne nous lasse et ce, depuis 20 ans. Non seulement tout est interdit, impossible d'améliorer notre cité d'une manière intelligente afin qu'elle soit compétitive; elle ne cesse de bloquer tous les projets constructifs dans tous les domaines. Cela devient grave pour une ville internationale.

Les citoyens ne sont pas stupides, nous avons envie d'avancer, de créer, de stimuler notre ville, nous sommes au 21e siècle, il est temps de cesser de la paralyser.

Si la droite dure passe, la gauche n'en sera que responsable.

Écrit par : rose des sables | 11/03/2011

@André Baldini : Soli Pardo a bel et bien voté contre la thèse qui maintenait le droit au logement, donc pour la suppression de ce droit (Mémorial du 21 octobre 2010 p. 55
@Rose des sables: M. Mabut aura compris que je l'attaque pas, mais que je fais simplement allusion a ce qui était manifestement une boutade un peu provocatrice de sa part, à partir d'un sondage dont il dit lui-même qu'il n'était pas représentatif.

Écrit par : Thierry Tanquerel | 11/03/2011

M. Tanquerel comment pouvez-vous tenir de tels arguments en citant la gauche comme progressiste!!!!! C'est justement ce dont les genevois ont ras-le-bol à savoir: 20 années de pouvoir gauchistes qui nous a bloqué Genève. Comme je vous l'ai dit, il est temps que cela change et c'est bien la raison pour laquelle les citoyens ont fait un vote contestataire. N'avez-vous rien compris. C'est très grave! Car la gauche n'a aucun projet, ne cesse de se disputer pour des questions de pouvoir. On n'en peu plus. Comme je vous l'ai dit également, je n'adhère ni à l'UDC ni au MCG, mais nous demandons à la gauche : DEGAGE! Nous n'avons pas le choix cette année, c'est devenu trop sérieux. Nous ne voulons plus de Pagani, ni de Sarleno. Nous ferons tout pour éviter que la gauche conservatrice et moralisante ne soit plus présente. C'est bien triste à dire, jamais nous aurions pensé d'en arriver là. Bien à vous

Écrit par : rose des sables | 18/03/2011

@ rose des sables : "Nous ferons tout pour éviter que la gauche conservatrice et moralisante ne soit plus présente"
heu... en bon français, ça donne quoi exactement ? Les doubles négations, ça vous parle?

Écrit par : Krammit | 22/03/2011

Krammit, vous n'avez que ce commentaire? C'est bien triste.... Attention ça crame!
Nous désirons que la gauche quitte la Ville de Genève pour toutes les raisons énoncées ci-dessus.

Écrit par : rose des sables | 23/03/2011

Les commentaires sont fermés.